urpmi dans mageia 7

URPMI est un vieil outils de mageia mais qui a su au fil des ans montrer son utilité.

Pour Mageia 7 il y aurait deux chantiers a mettre en place concernant URPMI:

  • Migrer URPMI afin qu’il utilise libsolv
  • Ajouter le support des dernières fonctionnalités de rpm.org dans URPMI

Pour ce faire nous recherchons des développeurs perl qui pourraient aider notre développeur principal.

N’hésitez pas à venir sur le chan #urpmi sur freenode

5 réflexions sur « urpmi dans mageia 7 »

  1. « URPMI est un vieil outils de mageia » cet outil est toujours perçu comme une vieille relique de mandriva en perdition et paradoxalement, il n’a jamais été aussi performant que maintenant je trouve. les Maj sont très rapide et il a su évoluer au fil du temps. Son point faible reste la gestion des orphelins…
    Mais je pense que URPMI n’est pas prêt de disparaître face a DNF.
    J’aimerais bien aider mais je suis une quiche en perl et en programmation en général 😦
    Good luck !

  2. Peut être la possibilité d’ajouter des « .repo » car pour l’instant il me semble que ça ne se fait qu’avec DNF. L’exemple de Skype est parlant.

    1. je ne comprend pas, Fedora a abandonné les RPM pour les DNF,
      Mageia 6 utilises aussi bien les RPMI que les DNF…

      Pourquoi persister à utiliser plusieurs logiciels pour la même tache au risque de créer des bug?

      1. Pourquoi ???

        Un exemple
        – Nepomuk (qui pourtant n’étais pas…..génial (et je suis poli :)), avais de GROS problèmes MAIS ‘fonctionnais’…
        Remplacé par baloo, pas mal de fonctions on disparus (rendant mageia beaucoup moins…. « pratique »)
        (exemple : essai de trier 2000 images/photos avec dolphin qui n’affiche plus la hauteur et la largeur des images… https://www.mageialinux-online.org/forum/topic-24190+tailles-et-poids.php)
        Et je ne parle pas de la gestion des multibureau…(tous les mêmes etc etc…) (alors oui, je sais gestionnaire d’activités…. mais ca ne fais pas 5 bureau interact. mais 5X 1 bureau… c’est pas pareil…)

        Bref! je m’égare 🙂

        Tout ca pour dire que urpmi/rpm a fais ses preuves ! fonctionne bien !

        IL FAUT LE GARDER et tant mieux pour eux si d’autres utilisent dnf ou je ne sais quoi….

        Perso, je préfère quelque chose qui marche bien même « ancien ». Plutôt que courir après la dernière nouveauté qui marche a trois (voir deux) pattes sur 4 :s

        Moi, je demande a mon OS de me permettre de travailler. pas de passer mon temps a chercher comment faire ce qu’il faisais très bien avant et ne fais plus, parce ce que, la mode et a… (dnf ou autres…) :|.

        enfin, moi, ce que j’en dis…. chacun vois midi a sa porte comme on dis 🙂

        « un proverbe dis: » tu sais ce que tu a, mais tu ne sais pas ce que tu auras »…

        1. Tu as raison sur beaucoup de points.
          J’ignorais la différence Baloo/Dolphin car je n’ai pas manipulé Baloo.
          Je peux même rajouter que je dois utiliser plusieurs logiciels de scan car certains sont bugué et plus maintenus, et ça marche aléatoirement…

          Mais dans le cas de URPMI, que j’apprécie car il fonctionne bien, je précise que DNF (j’alterne entre mageia, Fédora, et Windows) est la pour régler le problème des dépendances de paquets (les orphans, qu’il faut vérifier 10 fois avant d’enlever sous peine de démolir son système, et DNF est rétrocompatible (heureusement), tout en introduisant de nouvelles fonctionnalités, et pour une fois que je vois plusieurs distributions se mettre d’accord pour faire un outil qui fonctionne bien, ça serait cool qu’on évite de retomber dans le « bah je vais mon truc à moi tu vas voir il va mieux fonctionner  » qu’on a vu pendant des années.

          Ce dont je crains, c’est qu’on multiplie les projets réalisant la même chose, au point qu’on doive posséder 5 ou 6 logiciels différents pour faire la même chose, sans parler d’un vieux problème de dispersion des ressources.
          En gros, parfois je me demande si j’ai pas 5 logiciels différents, car chacun des développeurs a voulu faire son truc de son coté car il ne s’entendait pas avec les 3 autres…
          Si effectivement, Mageia devenait un peu comme FEDORA ou Debian, une distribution avec autant de contributeurs, au point d’avoir plusieurs dérivés, cela me gênerait moins, car si un bug survenait, il serait plus vite remonté. (ça fait des années que l’on sait qu’il ne faut jamais faire -auto-orphans -remove mais j’ai fait la connerie un jour…)
          Après, c’est vrai que le problème des sources est un faux problème :
          rien ne m’empeche de convertir un paquet Debian en paquet DNF, yum, ou urpmi… et je dois parfois installer des paquets Fedora dans Mageia pour certains logiciels…

          Au fond, je chipote un peu : Tant que Mageia est Mageia, et que je sais pourquoi je m’en sers et le met à ma famille… je n’en demande pas plus.

Répondre à dorian Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.